Agenda de la semaine les événements à venir

02 nov
Macbeth, c’est la beauté de la noirceur, le sublime dans l’horreur
04 nov
Macbeth, c’est la beauté de la noirceur, le sublime dans l’horreur
07 nov
Macbeth, c’est la beauté de la noirceur, le sublime dans l’horreur
09 nov
Macbeth, c’est la beauté de la noirceur, le sublime dans l’horreur
Petites musiques de chambres - Saison 6

Petites musiques de chambres - Saison 6

Petites musiques de chambres_crédit ODB

L'Orchestre Dijon Bourgogne, le CHU Dijon Bourgogne et le Centre de lutte contre le cancer Georges-François Leclerc ouvrent la 6ème édition du projet "Petites musiques de chambres".
Depuis 2013, les musiciens de l'ODB proposent des programmes de musique de chambre dans les services de soins aigus des deux établissements hospitaliers.

Petites musiques de chambres_crédit ODB

Chaque année, différents musiciens et instruments s'impliquent dans ce projet en explorant une variété toujours plus grande de répertoires, de formations musicales et de dispositifs de médiation. Des partenariats viennent également enrichir le projet et de nouveaux opérateurs culturels (Opéra de Dijon, ESM Bourgogne Franche-Comté...) sont régulièrement sollicités afin de contribuer à la mise en œuvre d’une démarche d’accès à la culture pour tous les usagers du milieu hospitalier.

Petites musiques de chambres_crédit ODB

Petites musiques de chambres porte une vision décloisonnée du soin, respectant la dignité de chacun et redonnant une place de sujet à tous. Véritables parenthèses artistiques, les concerts agissent comme un puissant vecteur d’humanité en favorisant l’écoute et la rencontre. Réduction de la douleur, apaisement... Par ses vertus thérapeutiques, la musique contribue au bien-être des patients et leur permet d’associer l’espace de soin à une expérience culturelle riche en émotions. La venue de musiciens professionnels au sein des établissements de santé est enfin essentielle pour signifier aux patients leur appartenance à une communauté, pour les relier à la vie extérieure, pour qu’ils puissent, eux aussi, "faire société".