Agenda de la semaine les événements à venir

02 nov
Macbeth, c’est la beauté de la noirceur, le sublime dans l’horreur
04 nov
Macbeth, c’est la beauté de la noirceur, le sublime dans l’horreur
07 nov
Macbeth, c’est la beauté de la noirceur, le sublime dans l’horreur
09 nov
Macbeth, c’est la beauté de la noirceur, le sublime dans l’horreur
Portrait de la semaine

Portrait de la semaine

Christelle Marion
Portrait Christelle Marion

Portrait chinois

 

Si j’étais une œuvre d’art, je serais sans aucune hésitation, une œuvre inachevée de RODIN…car en perpétuelle évolution et changement, et pour le rêve d’être entre ses mains d’artiste….            

Si j’étais un instrument, je serais le violoncelle, pour sa voix suave et grave, pour le corps à corps, et pour son ancrage au sol qui donne des ailes….

Si j’étais Floriane…je changerais nos temps de travail partiel avec des séances régulières hebdomadaires avec 6 à 8 répétitions …pour parfaire nos programmes ou apprivoiser de nouvelles œuvres, sans le stress ou la rapidité des répétitions rapprochées, qui ne nous laissent pas le temps de mûrir les pièces ou reposer nos corps. 

J’organiserais des séances de yoga du musicien avec étirements lors des pauses méridiennes entre nos répétitions (30 min suffiraient) je le pratique de manière personnelle, mais ensemble, en groupe, cela influerait sur une meilleure cohésion, une bonne disponibilité corporelle et mentale, avec une respiration commune

J’investirais dans des sièges ergonomiques pour musiciens d’orchestre, et avec la possibilité d’avoir des massages de kiné, comme les sportifs.  (Ayant suivi médecine des arts, je sais l’importance de la vigilance à porter sur les muscles et tendons des musiciens, dont eux même n’ont pas toujours conscience)

Et instaurer un roulement pour améliorer nos pauses cafés chacun amenant des saveurs sucrées.

Je changerais la tenue de concert trop classique pour un col mao hommes et avec pour tous, une note de violet au rouge avec le noir.

Et pour finir organiser un concert entièrement bénévole, en lien avec les associations pour les enfants malades ou  pour la recherche sur le cancer, ou d’autres maladies, alzheimer etc. Faire don de soi et de l’argent récolté.

Si tu étais Gergely Madaras, ton concert idéal (œuvre et compositeur) ?

Mon concert idéal ?? Comment choisir entre une rivière de diamants, des rubis de feux ou une nuit de saphirs ??

Un prélude de Wagner…un concerto pour piano de Rachmaninoff…des tableaux de Moussorgski, une symphonie de Bruckner…mais aussi  un faune de Debussy, et une infante de Fauré…et un requiem de Mozart…oui mais sans oublier Butterfly et Tosca !

 

L’ODB, le petit plus en région !

 

Pour un bœuf Bourguignon, j’inviterais ce compositeur de musique de film Japonais JOE Hisaishi pour l’évasion et le voyage oriental…Ravi Shankar pour sa spiritualité musicale si opposée à notre musique occidentale …comme un yin sur notre yang…et yehudi Menuhin…qui conciliait si bien ces différentes cultures …et Celibidache (à la fin de sa vie car devenu plus humain) et si imprégné de phénoménologie philosophique de la musique…et aussi lockwood pour jazzer un peu ! Ah mais Charlie Chaplin bien sur aussi pour donner du son à ses chefs d’œuvre du cinéma…

Le rôle d’un orchestre est de promouvoir la culture à différents niveaux sociaux et tous les âges de la vie, unifiant ce monde diversités à travers ce langage universel et si nécessaire à ce monde. Le fait de rayonner dans une région plus vaste, signifie que nous devrons faire grandir l’orchestre ou le diviser en petites musiques de chambre, afin de rayonner autrement et plus encore.

 

Présentation

 

Mon meilleur souvenir d’orchestre : Tristan et Isolde…ET Romeo et Juliette de Prokofiev avec le ballet en live…pure magie !

Mon rêve d’artiste est d’expérimenter de jouer du violon sans la gravité…sur la lune ou chez un cosmonaute en cabine…histoire de voir quel geste, quelle sensation nouvelle je devrai produire pour faire naître un son…autrement.

Et aussi, jouer en mer, avec les dauphins et les orques qui sont d’incroyables musiciens…voir le livre (Le 5ème rêve) où des scientifiques et chercheurs amoureux des cétacés dans les années 60, 70 ont réussis à communiquer avec ces dieux de la mer, pour une musique vivante et improvisée…les orques assez créateurs battant de loin les dauphins répondant plus en  écho…

 Et à part la musique, tu fais quoi dans la vie ?

A part jouer de la musique, je la danse ! Tango Argentin essentiellement, swing aussi et un peu salsa. Pouvoir utiliser son corps comme un instrument de musique est une joie ou une nostalgie qui se partage…

La blague de musicos, hé bien ce serait plutôt un souvenir que j’ai vécu…en plein Opéra, à fond sur mon violon, sûrement des trémolos du diable, en pleine action, me voilà qui lâche mon archet en jouant…propulsé comme une flèche, projectile lancé au tempo vivace, il atterrit à vive allure, non loin des trompettistes, effleurant leurs visages apeurés ! J’ai dû leur payer un coup à boire pour me faire pardonner !